La crise s'installe, ne restez pas locataire !!!

La crise s'installe, ne restez pas locataire !!!

7 sept. 2011
  Une hausse des loyers inévitable … L'indice de référence des loyers (IRL), moyenne de l'indice des prix à la consommat

 



Une hausse des loyers inévitable …

Capture d'écran 2011-09-08 à 10.45.25 L'indice de référence des loyers (IRL), moyenne de l'indice des prix à la consommation sur les douze derniers mois, sert de base à la révision des loyers. Etant donné que l'I.R.L suit l'inflation, les économistes constatent une nouvelle hausse de cet indice et donc des loyers !

Par rapport au premier trimestre 2011, l'IRL gagne à nouveau +0,14 point au cours duquel  il enregistrait déjà une hausse de 1,60%. Progressant au second trimestre 2011 de 1,73%, l'indice de référence des loyers se hisse à 120,31 (Source Guide Courtier).

Il parvient donc à son niveau record depuis le premier trimestre 2009.

Et les charges me direz-vous ? Elles ne sont pas en reste et augmentent encore plus vite : 2,5% à 4% de hausse par an. Dans un contexte de déconnexion du marché immobilier, la France représente le troisième marché le plus surévalué au monde, derrière Hong Kong et l'Australie.

 

L'inflation serait-elle le seul remède à la crise de la dette ?

Quand l'argent perd de sa valeur - définition de l'inflation - cela permet au débiteur de s'acquitter plus facilement de ses dettes. En d'autres termes, la meilleure réponse à la crise est d'être propriétaire.

C'est, souvenez-vous ce qui s'est passé lors des pics pétroliers de 1974 à 1984. La forte inflation a permis à toute une génération de devenir propriétaire. Tous ceux qui ont acheté un bien immobilier avec un emprunt immobilier ont vu leur effort de remboursement diminuer rapidement au fur et à mesure que les salaires se revalorisaient pour suivre l'inflation. Ils ont fini de rembourser leur maison ou leur appartement avec de la "monnaie de singe".

Même si la hausse des loyers se poursuit à un rythme modéré et avec une disparité selon les régions, il n'en reste pas moins que, dans ce contexte de crise, investir dans l'immobilier est le meilleur moyen de s'en sortir.

Une hausse des loyers, une hausse des charges : il ne fait pas bon d'être locataire ! Ceux qui vont encore attendre pour faire construire leur maison risquent de s'en mordre les doigts.

 

Stabilisation des taux de crédit immobilier mais pas pour longtemps …
 
« Après six mois de hausse, les banques profitent de la baisse de l'OAT pour stabiliser leurs taux de crédit, voire pour les réajuster afin de rester compétitives. Toutefois, cette stabilisation ne permet pas de conclure à la fin de la tendance haussière qui a déjà conduit à un renchérissement des taux plus d'un demi-point depuis janvier  » explique Sandrine Allonier, responsable des études économiques chez meilleurtaux.com.

Actualite-2954_0

 

Les taux de l'OAT (Obligations Assimilables du Trésor) sont au plus bas. Comme les taux fixes de prêt immobilier sont indexés sur l'OAT, on pourrait supposer qu'ils allaient suivre le mouvement. Il n'en est rien !

Avec la crise économique et les plans de rigueur adoptés à la hâte dans toute l'Union européenne pour endiguer la chute des cours boursiers, l'indice de référence des taux fixes ne fait plus la loi.

 

 

Donc, d'après les économistes, il semble que les taux ne baisseront pas ... Bien au contraire ! Au mieux, ils resteront à leurs niveaux actuels. Voire, scénario moins réjouissant, ils augmenteront, probablement de 0.10 % en moyenne, dans le courant du quatrième trimestre.

Tous les acteurs sont au vert en ce moment pour emprunter, mais cela ne vas pas durer. Alors qu'attendez-vous ? C'est le moment, dépêchez-vous d'acheter …

 

Pour plus de renseignements, contactez-nous